juin
15

Des infirmières en plein examen !

Le mois de juin est un des mois les plus stressants pour les étudiants infirmiers. Alors quelques règles et astuces pour être bien en forme pour les examens (n’hésitez pas à ajouter les vôtres en commentaire!):

- bien dormir. Je sais, pas facile quand on veut relire ses résumés, quand on a consommer coca et café toute la journée. Mais pourtant, ESSENTIEL. Les bonnes nuits de sommeil garantissent la pleine forme sur le long terme. Sinon, gare à l’écroulement !

- bien boire, bien manger. Là aussi, pas facile. Mais ne sautez pas vos repas, buvez bien de l’eau (riche en minéraux). Mais ne vous interdisez pas le plaisir d’un bon chocolat ou un petit paquet de chips (durant les examens, notre cerveau, grand consommateur de graisses, se doit d’être récompensé pour son effort!)

- à ce moment-ci du jeu, inutile de vous faire comprendre que des révisions au cours de l’année, les heures passées à faire vos résumés, sont probablement ce qui portera le plus de fruits… Pour les autres, hum, ça va cavaler !

- enfin, concernant le stress, sachez qu’en petite dose, c’est bien, ça vous mettra en éveil, vous permettra d’être en état de répondre aux questions. Évidemment, en forte dose, c’est pas si bon… On perd ses moyens. Alors, RELATIVISEZ ! Vous ne jouez pas votre vie, ce ne sont que des examens. Ici, c’est la dépense physique qui vous permettra le mieux de combattre ce mauvais stress. Un jogging, une heure de natation, une partie de tennis et le stress ne sera qu’un mauvais souvenir.Le sport combiné à un bon sommeil et une alimentation saine, voilà le secret d’examens réussis. Comme toujours, pour un esprit en pleine forme, rien de tel qu’un corps en pleine santé !

Allez, courage à toutes et tous et bonne chance pour vos examens !

mai
24

les mini-interviews du monde infirmier, participez !

Pour répondre aux questions des futurs étudiants et futurs infirmiers, le blog du monde infirmier propose que vous répondiez à cette mini-interview. Nous publierons au fil des semaines vos réponses. Un tout grand merci pour votre participation sérieuse qui aidera à coup sûr nombre de futurs infirmiers à choisir, à se faire une idée des différents services, du métier, etc.

Merci de répondre aux questions ci-dessous et nous envoyer vos réponses à bloginfirmiers(arobase)gmail.com (accompagné d’une photo du service ou autre mais une photo prise par vous, vous serez crédité de celle-ci, bien entendu).

1. Dans quel service travaillez-vous et depuis combien de temps ?

2. Pouvez-vous nous décrire le type de travail, de soins que vous y effectuez ?

3. Quel est le côté le plus agréable de votre boulot/spécialité?

4. Quel est le côté le moins agréable?

5. Qu’avez-vous suivi comme étude/spécialité pour arriver là?

6. Un dernier mot…

mai
24

Etre infirmière et parent…

Une étude publiée en février dernier évoque le statut d’infirmière et de parent. Pas toujours facile de concilier les deux et ceci vaut aussi bien pour les femmes que pour les hommes. Seuls les infirmiers à domicile, indépendants ou en maison médicale semblent s’en sortir un peu mieux que les autres…

« En Belgique, le groupe professionnel des infirmières est non seulement important d’un point de vue quantitatif, mais est également stratégique dans la politique et la pratique des soins de santé. Il n’est dès lors guère étonnant qu’il soit souvent présent dans les débats publics en lien avec la question de la pénibilité du métier et la problématique des pénuries de main-d’œuvre. Dans cet article, à côté d’une contextualisation de ce groupe professionnel, les auteurs proposent une approche de l’expérience professionnelle des infirmières, tenant compte de différents moments clés du parcours professionnel et de ses interférences avec le parcours de vie dans son ensemble. Ainsi, sur la base d’une soixantaine d’entretiens à caractère biographique, ils analysent les motivations de l’entrée dans cette profession et leur confrontation au réel après quelques années de pratique ; le vécu de l’engagement professionnel et de l’articulation du travail avec la vie familiale ; et le maintien dans l’emploi et l’aménagement de la fin de carrière pour les infirmières de 45 ans et plus. Ce groupe professionnel étant fortement traversé par la logique de genre, la question des différences entre les hommes et les femmes est posée, sous l’angle original des logiques masculines dans un domaine « féminin ». Ce regard sociologique sur la profession infirmière tenant compte de l’articulation de la vie professionnelle avec la vie familiale et du genre permet non seulement de mieux la comprendre, mais aussi de mieux saisir la possibilité de contrer ce qui est politiquement qualifié de pénurie ou d’hémorragie, en agissant sur le système de travail et son organisation pour le rendre plus soutenable. »

Pour lire le rapport en entier, c’est ici.

avr
22

Les infirmiers de Belgique aussi sur Facebook !

Ce blog se veut communautaire, c’est pourquoi nous avons placé une page facebook en lien direct avec celui-ci. Une page où les infirmières et infirmiers belges pourront proposer des sujets, réagir aux posts, seront interrogés et pourront nous poser des questions à leur tour. Le but est de créer un lien entre toutes et tous pour échanger les infos, les bons plans, les sentiments du moment. Nous reproduirons dès lors les infos récoltées sur cette page facebook sous forme d’articles sur ce blog. Et ce blog nourrira les réflexions des membres de la page facebook. Alors, n’hésitez pas à rejoindre la page facebook également, plus nous serons nombreux, plus les échanges seront intéressants !

A tout de suite sur…

Retrouvez les infirmières et infirmiers de Belgique sur Facebook !

Retrouvez les infirmières et infirmiers de Belgique sur Facebook !

avr
15

De plus en plus de cas de démences dans les années futures…

Lorsqu’on parle maladies, on a tendance à penser aux maladies atteignant le corps en premier lieu. Pourtant, l’OMS a dernièrement levé l’alerte, porté notre attention sur la démence qui touchera de plus en plus de patients. L’Alzheimer en tête, les dégénérescences de l’esprit et de la mémoire sont liées à une population vieillissante. Il est plus que temps de prendre en considération ce phénomène et de préparer les infirmiers, premières personnes en contact avec les malades, à l’accompagnement et au soin de ceux-ci.

Les chiffres sont éloquents: « Près de 35,6 millions de personnes dans le monde sont atteintes de démence. Ce nombre devrait doubler d’ici 2030 (passant à 65,7 millions) et plus que tripler d’ici 2050 (pour atteindre 115,4 millions) ».

Outre un meilleur diagnostic, une meilleure prise de conscience du phénomène, les auteurs du rapport de l’OMS pointent du doigt le problème de trop souvent laisser à la famille, aux proches des malades la gestion quotidienne de ceux-ci, entraînant pour beaucoup leur propre mise en maladie sous forme d’anxiété ou de dépression. Les auteurs prônent donc pour une orientation vers un accompagnement par des professionnels mieux formés, infirmiers à domicile par exemple, avant l’orientation vers des centres spécialisés souvent très onéreux.  » Les services communautaires peuvent constituer un soutien précieux, aussi bien dans les pays à revenu faible que dans les pays à revenu élevé, pour les familles prenant soin d’un proche atteint de démence et retardent la nécessité du placement dans un établissement de soins onéreux. Par ailleurs, la formation du personnel de santé doit prendre davantage en compte la démence et les compétences requises pour la fourniture de soins cliniques et à long terme ».

la maladie d'alzheimerUn problème sérieux avec de larges impacts économiques pour les familles atteintes mais également pour la société.

Articles plus anciens «

» Articles plus récents