mar
28

La parole aux infirmières et infirmiers de Belgique !

Ce blog sur le monde infirmier ne serait rien sans vous, infirmières et infirmiers, il était donc normal de vous donner la parole. De temps à autre, nous publierons donc de petites interviews d’infirmières, d’infirmiers travaillant dans différents services, en soins à domicile, indépendants ou encore en maison de repos. Cette fois, c’est à Marie-Dominique que nous donnons la parole.

Quelle formation avez-vous suivi ? Était-elle suffisante pour faire face à la réalité quand vous avez commencé à travailler ?

J’ai eu beaucoup de difficultés au début pour cause de manque d’expérience. J’étais seule dans mon service, à l’époque et nous avions beaucoup de « gros » patients ( grabataires, pansements importants, alimentations assistées, patients neuros, gros cardiaques et énormément de fins de vie) . Je me suis sentie très démunie et suite à quelques expériences difficiles, j’ai entamé au CPSI une formation en soins palliatifs, j’ai ensuite suivi de nombreux cycles de conférences de toutes sortes sur l’écoute et l’accompagnement de fin de vie. Tout ça m’a donné l’envie d’aller plus loin et j’ai continué au CPSI avec une formation en oncologie et une autre en algologie. J’ai aussi suivi 2 modules de formation en massage proprioceptif donné par une psychologue et une kiné dans un autre hôpital que celui où je travaille. Parallèlement j’ai fait du domicile comme indépendante pendant 6 ans .

Aujourd’hui, quelle est la chose la plus agréable dans votre métier et la chose la plus difficile ?

Après plus de 25 ans de carrière bien remplies, j’ai toujours le même feu sacré en tant que soignante, je referais le même choix professionnel. Par contre, je suis énormément déçue et même inquiète du changement que je vois dans la façon d’aborder les soins actuellement.  Tout y est d’abord tourné vers les bénéfices matériels. L’hôpital et la charité c’est bien deux choses différentes. Les nouvelles infirmières sont peu solidaires, très réticentes aux horaires difficiles, ne veulent plus se « salir » les mains (au détriment du malade ). Hors, si on travaille en milieu hospitalier les contraintes d’horaires sont une réalité difficilement évitable.

Notre travail est peu valorisé. La charge de travail est de plus en plus lourde. Le côté « paperasse » de plus en plus envahissant. Depuis que je travaille, j’ai toujours le même bon contact avec malades, c’est ce qui motive et donne l’envie de continuer.

Comment se passe une journée-type ?

Je travaille depuis toujours à temps plein, je fais donc des semaines de 7 nuits suivies de 7 nuits de récupération. Je prends mon service pour 20h30 et je termine à 7h. Avec l’âge, j’ai la chance de bénéficier de conditions qui me donnent droit à 9 nuits de congés supplémentaires par an depuis 45 ans et 9 encore en plus à partir de 50 ans. J’en aurai encore 9 de plus à partir de 55 ans. La chose la plus difficile est l’isolement dans lequel on est parfois quand on travaille de nuit.



Que pensez-vous de la situation des infirmiers en Belgique? Y a-t-il des choses qui devraient être améliorées ?

Je pense que pour revaloriser la profession, il serait judicieux d’augmenter un peu les salaires et pas seulement octroyer des primes ( les pensions ne sont pas calculées sur les primes ). D’après l’office des pensions j’aurais droit si j’arrêtais maintenant à 630 euros mensuels ! C’est un comble quand on voit que certaines personnes n’ayant jamais travaillé reçoivent le double.

mar
24

Offres d’emploi !

Quelques offres d’emploi pour la région de Tournai:

  • Cherche infirmier(ère) salarié(e) pour travaille en soins à domicile région de Tournai Contacter Mme DECARPENTRY Delphine 0479/85.72.47
  • Cherche infirmier(ère) salarié(e) pour travaille en institution de soins pour personne handicapée Contacter Mr Michel DEBRUXELLES 0474/42.15.81
  • Cherche ambulancier salarié avec formation TMS. Offre temps plein. Région de Tournai. Contacter Mr Jean-François DELCROIX 0475/46.26.73

mar
23

Infirmières, un métier de filles ?

« Pour les femmes, les métiers que nous avons le plus souvent rencontrés dans les manuels analysés sont : cuisinière, couturière (ou costumière) , décoratrice, artiste (musicienne ou danseuse), infirmière et institutrice ».

C’est un des constats d’une enquête menée dans les manuels scolaires afin de déterminer si les exemples liés aux métiers étaient sexistes. Une enquête relayée par le site Enseignons.be. Une fois de plus, le métier d’infirmer semble inévitablement lié aux femmes. Pourtant, dans notre métier, il y a autant de places pour les hommes que pour les femmes. Mais les stéréotypes ont la vie dure. Et vous, qu’en pensez-vous ?

mar
12

Le métier qui fait le plus fantasmer les hommes: infirmière !

C’est le site Planet.fr qui le dit. Le métier d’infirmière serait le plus sexy devant l’avocate, la secrétaire, l’hôtesse de l’air et l’institutrice. Et pour les femmes interrogées, le métier le plus sexy reste dans notre domaine médical puisque c’est le médecin qui arrive en tête (merci docteur Mamour!) devant le chef d’entreprise, le psy, le G.O. tout bronzé et le barman. Et vous, c’est quoi votre fantasme ?

mar
10

Infirmière indépendante, une vraie chance !

Petite rencontre avec Coraline, infirmière indépendante depuis maintenant 6 mois… et qui m’a fait l’honneur de me confier sa tarification. Elle nous explique son parcours…

Où travaillais-tu avant de passer indépendante ?

J’étais infirmière en hôpital. J’ai travaillé dans différents services mais surtout en gériatrie.

Pour quelle raison as-tu changé ?

En fait, au bout de six années d’expérience, je voulais changer et au départ, je désirais travailler soit dans une structure privée, soit en home mais en discutant avec un ami, l’idée de me lancer en tant qu’infirmière indépendante s’est imposée.

Qu’est-ce qui a changé ?

D’abord mon horaire. C’est vrai que je me lève plus tôt mais je m’y suis fait et je dispose au final de plus de temps libre en journée. Et puis, je me suis associée avec deux autres infirmiers indépendants et nous nous arrangeons pour nous relayer certains week-ends et pour les congés. Du coup, c’est vraiment génial. Bien sûr, je gagne beaucoup plus que lorsque j’étais infirmière en hôpital, ce qui est aussi un avantage, mais surtout je mène ma propre barque et on en retire une grande satisfaction ! Enfin, j’adore le contact avec les patients, le fait de me déplacer, de bouger d’un endroit à l’autre de la ville, de découvrir de nouvelles rues, de nouveaux quartiers, de voir les gens chez eux, de parler avec eux des photos des petits-enfants. Tout ça… C’est vraiment une autre vie !

Et côté papiers, facturation ?

Je ne te cacherai pas que c’était pas mon dada ! C’est pourquoi j’ai confié ça à Hygie-Consult et je ne m’en plais pas ! Pour moi, ne pas devoir suivre toute cette paperasserie me soulage aussi côté temps. Je suis maman d’un petit garçon et le temps de gagné sur mon métier est pour lui principalement. Bref, la vie est belle !

 

Articles plus anciens «

» Articles plus récents